Mardi 25 Février 2020

Ce matin, l’association “Les Guides-conférenciers Sud-Provence” a été informée par la FGI Paca et son président, Patrick Pavesi, qu’une réforme du mode de calcul des indemnités chômage par Pôle Emploi entre en vigueur dès le 1er Avril 2020. Cette réforme du mode de calcul des indemnités chômage risque d’abaisser le niveau de vie des travailleurs saisonniers, nombreux dans le tourisme. Ceux-ci comptent sur leurs allocations pour survivre au cours de la basse saison.

 

Notre association relaye le message de la FGI Paca. Plusieurs des membres de notre association proposent d’évoquer cette question lors de la réunion du Vendredi 28 Février 2020, dans le point IX de son ordre du jour.

 

MESSAGE DE LA FGI PACA

Chère Madame, cher Monsieur,

La Fédération des Guides-Interprètes P.A.C.A., syndicat officiel des Guides Condérenciers sur la Côte d’Azur et la Provence, se fait aujourd’hui le porte-parole de tous les Guides-Conférenciers de France et par extension de tous les « permittents » frappés de plein fouet par la dernière directive Pôle-Emploi entrant en vigueur au 1er avril 2020.

  Cette nouvelle directive réduit à néant les allocations Pôle-Emploi, qui permettaient jusqu’alors aux Guides-Conférenciers de survivre en saison basse. Sans ces allocations, la profession de Guide-Conférencier, déjà sérieusement touchée par la perte de l’exclusivité du droit de parole sur les sites touristiques, musées et monuments, n’est simplement plus viable. C’est une profession sinistrée et vouée à disparaître à très court terme.

Nous aimerions ici tout simplement démontrer l’incohérence, l’injustice et surtout l’anticonstitutionalité de cette nouvelle directive, inacceptable dans un pays qui prône l’égalité de tous les salariés devant la loi.

La nouvelle directive change radicalement la règle de calcul du montant des allocations journalières perçues par le « permittent ». Le tableau ci-dessous illustre ce changement.

Ce changement du diviseur, qui voit au 1er avril 2020 la disparition du coefficient de 1,4 remplacé par le nombre de jours calendaires, induit tout simplement que selon la nouvelle directive, nous sommes supposés travailler 365 jours sur 365 jours. Pourtant l’esclavage a été aboli depuis longtemps, pour autant que nous sachions.

Qu’en est-il des week-ends, jours fériés, RTT, congés payés… dont bénéficient tous les travailleurs en CDI ? Les travailleurs en CDI travaillent-ils 365 jours par an ? Non, car si nous soustrayons aux 365 jours calendaires 5 semaines de congés payés + 47 week-ends + 11 jours fériés, nous obtenons un total de 225 jours travaillés, ce qui est à peu près la norme pour tous les travailleurs en CDI. Il n’y a aucun salarié dans ce pays qui travaille 365 jours par an. La loi ne le permet pas. Comment peut-on prétendre alors à ce titre que nous le fassions ?

Le fait de diviser une rémunération par le nombre de jours calendaires sous-entend que nous devrions travailler potentiellement 365 jours par ans, ce qui est inique, incohérent et surtout illégal. En outre, ceci bafoue la sacro-sainte égalité de tous les salariés.

 Mais, ce n’est pas fini, car l’inégalité entre salariés en CDI et « permittents » est portée à son comble par ce qui suit.

En effet, en saison,  il arrive très souvent aux « permittents » du tourisme, dont les Guides-Conférenciers font partie, de travailler sept jours sur sept et parfois en journée et en soirée. 

Et bien, qu’arrive-t-il, lorsque le Guide-Conférencier déclare à son Pôle-Emploi 7 jours consécutifs de travail ? Deux jours par période de 7 jours consécutifs ne sont pas pris en compte pour son dossier d’indemnisation ! Et qu’arrive-t-il lorsqu’il travaille plus de 7/8 heures par jours ? Et bien, au-delà de 7/8 heures, les heures travaillées ne sont plus prises en compte !

Quelle bonne raison peut-on trouver pour justifier cela ? Malheureusement aucune.

 Et nous arrivons à ce grand paradoxe qui veut que d’une part nous soyons supposés travailler 365 jours par an, mais que si nous le faisions par extraordinaire, 104 jours de travail ( et de nombreuses heures de travail nocturne) ne seraient tout simplement pas pris en compte.

Tout ceci brise à l’évidence le prisme d’ « égalité des salariés », au travers duquel cette nouvelle directive Pôle-Emploi, nous est présentée.

La FGI  P.A.C.A. tire la sonnette d’alarme et espère par la présente attirer l’attention des institutionnels, des politiques et des médias pour que soit dénoncée publiquement la grande injustice et la grande illégalité de cette nouvelle directive Pôle-Emploi, afin qu’elle soit abandonnée rapidement.

 Si cette directive n’est pas abandonnée, la précarité de nombreux métiers du tourisme s’en trouvera accrue et de nombreuses professions, dont celle de Guide-Conférencier, disparaîtront purement et simplement.

Vous remerciant par avance pour l’attention que vous voudrez bien accorder à ce cri d’alarme et à la réponse active que vous voudrez bien lui donner, la Fédération des Guides-Interprètes P.A.C.A. par la voix de son président, M. Patrick Pavesi, vous prie d’agréer ses salutations les plus respectueuses.

Patrick Pavesi

 

pour le Bureau de la FGI PACA (fgipaca@gmail.com)

3 réponses pour “Basse saison- Réforme du mode de calcul des indemnités chômage, la FGI Paca tire la sonnette d’alarme”

  • MERCI, ENFIN. Il est temps que nous devenions acteurs de notre carrière de G.I.C, que nous prenions en mains la défense de notre métier, de nos droits les plus essentiels et que nous cessions de passivement subir les diktats imposés par des technos lointains et totalement hors sol.
    COURAGE.

  • Cette réforme est en cours depuis l’année dernière, c’est malheureux qu’on la découvre uniquement maintenant, beaucoup de sonnettes d’alarme ont été tirées.
    Il ne faut pas non plus oublier que cette réforme a un impact direct sur nos droits à la retraite puisque les périodes d’inactivité ne seront pas prises en compte dans la retraite à points qui est en train de se mettre en place (autre réforme contestable).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *