Vendredi 13 mars 2020

L’association “Les Guides-conférenciers Sud-Provence”  a été informée par l’un de ses membres que des mesures gouvernementales ont été prises pour venir en aide aux professionnels, et notamment à ceux du tourisme, qui subissent de plein fouet la baisse de leur activité.

Les voici

Le ministère de l’Economie et des finances a également annoncé les mesures suivantes :

  • L’application de mesures de soutien au cas par cas aux entreprises qui rencontreraient des difficultés sérieuses, notamment le recours à l’activité partielle ou l’étalement des charges sociales et fiscales.
  • La mise à disposition de toutes les informations utiles sur la situation d’activité et logistique dans les différentes provinces chinoises. Les entreprises pourront connaître l’état exact de la situation, province par province, ainsi que dans les grands ports chinois où arrivent les exportations en provenance de France et d’Europe.
  • L’accélération des procédures d’agrément dans certaines filières pour les nouvelles sources d’approvisionnement, en particulier pour le secteur de la construction ou de la chimie afin de les aider à diversifier leurs sources d’approvisionnement tout en respectant les normes sociales, environnementales et européennes.
  • Lancement d’une réflexion sur la sécurisation des approvisionnements pour certaines filières stratégiques, comme la filière automobile, afin de les faire gagner en indépendance par rapport à leurs approvisionnements à l’étranger.
  • En lien avec le gouverneur de la Banque de France, il a été décidé de rétablir la médiation du crédit pour accompagner sur les territoires dans les départements toutes les PME qui auraient besoin de renégocier leurs contrats et de renégocier leurs crédits.
  • La simplification du dispositif d’aide pour les entreprises impactées par le COVID-19 :
  1. Possibilité pour les entreprises de demander un report des charges sociales par simple envoi de mail ;
  2. Dégrèvement pour les impôts directs, au cas par cas, pour les entreprises menacées de disparition en raison de l’impact économique du COVID-19.
  • En lien avec le ministère du Travail, un renforcement et une simplification du dispositif d’activité partielle afin de préserver l’emploi (délai de réponse de 48h, augmentation de l’allocation à hauteur du SMIC dans les TPE-PME).

Pour plus d’information dans votre région contacter le 0 800 130 000.

3 réponses pour “Covid-19- Aides gouvernementales en faveur des professionnels du tourisme”

  • Bonjour,

    Je suis passablement énervée par la difficulté de se faire aider en tant que guide-conférencier.
    J’exerce mon activité dans l’AIN, pour un monument relevant des Monuments Nationaux. Il s’agit d’une activité accessoire. Après chaque visite effectuée, je reçois un bulletin de paie sur lequel figure mon code salarié et les différents prélèvements (retenues salarié et taux patronal).

    Or, mon administration fait la sourde oreille à mes demandes d’indemnisation chômage, alors que les visites ont cessé par décision des pouvoirs publics.

    Que puis-je faire pour bénéficier de mon assurance chômage?

    Je vous remercie d’avance de tout information que vous pourrez me donner.

    Cordialement.

    Sylvie Kuenen

    • Bonjour Madame,

      Nous venons de vous adresser sur votre e-mail, en transfert, un courrier de Patrick Pavesi qui répondra à votre situation.

      Bien à vous

      • Bonjour,

        Merci pour ce mèl très instructif. Effectivement, vous insistez sur la nécessité d’avoir un contrat de travail. Or, sauf erreur de ma part, je n’en ai pas conclu.

        Cette omission de ma part me semblait à l’époque me semblait largement compenser par le fait que mon employeur est une administration publique et que sur mon bulletin de paie figure mon statut de salariée.
        Or d’après le site de Pôle Emploi, un employeur public se doit d’assurer à ses salariés une couverture chômage. Et c’est précisément vers celle-ci que je me tourne.
        Un autre dispositif auquel j’estime avoir droit est le chômage technique. Or, c’est bien de cela qu’il s’agit dans notre cas. Et si chômage technique il y a, sauf erreur de ma part, l’employeur doit assurer au salarié en activité partielle une rémunération totale au moins égale au Smic. Il peut donc être amené à verser une allocation complémentaire “à ses frais”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *