laquotidienne

Guides Conférenciers face à l’entrisme des Greeters dans les offices de tourisme

Dans son édition du Vendredi 19 Octobre 2020, LaQuotidienne.fr consacre un article sur les actions menées par les guides conférenciers dans plusieurs régions de France. En effet, dans plusieurs d’entre elles, les guides professionnels font face à l’incompréhension de plusieurs offices de tourisme qui croient bon de faire la promotion des Greeters et des faux guides en lieu et place des guides diplômés.

Cette promotion prend la forme de sites internets dédiés aux Greeters, et que les offices de tourisme financent (prix moyen d’un site Internet vitrine entre 1000 et 2000 €). Elle prend aussi la forme de campagne de communication sur les réseaux sociaux de ces institutions publiques (Facebook, Twitter). Certains offices de tourisme vont même jusqu’à proposer directement des Greeters à leurs clients en lieu et place des guides-conférenciers professionnels.

Article de LaQuotidienne : Lien

Guides Conférenciers : le démontage de la mécanique financière des Greeters

Plusieurs régions de France font face à la déferlante du “fake tourism” repeint aux noms ronflants de “tourisme collaboratif” et de “tourisme solidaire” par leurs promoteurs. Il est vrai que la comptabilité des Greeters, dont les actions sont financées par les subventions publiques et les dons, lesquels échappent aux cotisations sociales, a de quoi fait frémir. En 2018, les Greeters ont généré près de 1 146 953 dollars de revenus, 780 000 $ de dons et près de 300 000 $ de subventions. “Tourisme solidaire”…Mais qui tient la caisse ?

Greeters
Comptabilité Greeters

Guides Conférenciers : la vigilance s’impose à tous les niveaux

Vous l’aurez compris. Les Greeters représentent une véritable entreprise économique. Leur objectif est d’entrer dans les offices de tourisme et d’en déloger les professionnels en déconsidérant les discours scientifiques, les diplômes et les formations qui méritent une juste rétribution, c’est-à-dire des salaires et des honoraires. Ils se présentent, d’ailleurs, avec une charte de bonne pratique, c’est-à-dire avec leurs propres conditions. A-t-on déjà vu un marabout entrer dans un cabinet médical avec sa propre charte et imposer à des professionnels diplômés la façon dont il envisagerait l’accomplissement de certains actes médicaux ? Et insulter ces mêmes professionnels en leur disant qu’ils n’ont aucun respect de la vie humaine parce qu’ils facturent leurs actes ?

Dernièrement, les guides-conférenciers se sont mobilisés pour dénoncer la communication publique faite aux Greeters par plusieurs opérateurs touristiques, comme à Sélestat, en Alsace, à Caen, en Normandie, à Bordeaux, en Nouvelle-Aquitaine, et à Nice dans la région Sud.

Dans ce contexte particulier de crise sanitaire, les guides-conférenciers doivent faire preuve de la plus grande vigilance. Voici les tendances négatives qui pèsent sur la profession :

  • Déferlante des faux guides, Free Tours et autres Greeters
  • Chantage de plusieurs opérateurs qui utilisent le contexte actuel pour imposer des baisses de salaires et d’honoraires
  • Arnaque aux bons sentiments et pleurniche de la part de certains opérateurs pour imposer aux guides du travail bénévole en lieu et place du travail rémunéré
  • Manipulations diverses de la part de plusieurs opérateurs qui sollicitent les guides-conférenciers pour leur faire écrire gratuitement leurs catalogues de visites en échange de la promesse (lointaine) de missions futures.







Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *