Les Guides Sud Provence ont le plaisir de vous informer que le journal “Nice Matin” a accordé un droit de réponse aux guides-conférenciers sous la forme d’un article consacré au travail de l’une de nos collègues, Stefanie Frédérique Oudin. Ce droit de réponse fait suite à un article paru dans “Nice Matin” le 29 mai 2020 qui avait provoqué la réprobation générale des collègues sur les réseaux sociaux : le journal avait consacré un article à de faux guides. A la suite de cette réprobation générale, les Guides Sud Provence ont écrit à la journaliste et ont obtenu un droit de réponse. Preuve que lorsque la profession se mobilise, celle-ci est capable de remporter des victoires idéologiques et d’infléchir le regard que porte la société sur notre travail. Retour sur une mobilisation exemplaire des guides-conférenciers en faveur du métier.



1- ALERTE : le 29 mai 2020, “Nice-Matin” consacre un article à de faux guides

Le 29 mai 2020, plusieurs guides-conférenciers de la région niçoise alertent la profession sur la parution d’un article consacré à la reprise des visites guidées. Petit problème : les guides qui assurent ces visites guidées ne sont pas des guides professionnels, mais des amateurs. Alors que de nombreux guides-conférenciers peinent à reprendre le travail, alors que de nombreux professionnels font face au cynisme de certains employeurs qui recourent à de faux guides ou, dans le cas de Nice, à des guides italiens pour faire pression à la baisse sur nos revendications, cet article a été ressenti par de nombreux collègues comme une provocation.

Partout en France, la profession s’est spontanément mobilisée sur les réseaux sociaux. L’article du 29 mai 2020 de “Nice Matin” a recueilli 122 commentaires négatifs et 149 emojis de protestation. Pour amplifier le mouvement, les Guides Sud-Provence ont édité un article pour dénoncer le traitement journalistique accordé aux faux guides qui officient dans les rues de Nice. Ils ont écrit à la journaliste de l’article pour demander un droit de réponse et l’ont eue au téléphone. Les Guides Provence ont pris conscience du désarroi de la journaliste qui ne s’attendait pas à une telle réaction en cascade de la profession. De longs échanges ont eu lieu sur nos professions respectives et sur les dangers de l’uberisation auxquels sont confrontés, aussi, les journalistes professionnels.



2- DROIT DE REPONSE : le 11 Juillet 2020, “Nice-Matin” parle des guides-conférenciers

Le 11 Juillet 2020, “Nice Matin” consacre un article à la profession de guide-conférencier à travers un reportage sur l’une de nos collègues qui travaille sur Fréjus, Stéfanie Frédérique Oudin. L’occasion est offerte au lecteur de différencier ce qu’est le travail d’une professionnelle par rapport à celui d’un faux guide, d’un free tour ou d’un guide auto-proclamé.

L’article est aussi l’occasion de revenir sur les propositions portées par les guides-conférenciers pour améliorer drastiquement leurs conditions de travail. L’article évoque les 11 propositions que les Guides Sud-Provence ont adressées aux députés de la majorité, mais également le travail conduit depuis plusieurs mois par notre collègue Patrick Pavesi au sein de la FMITEC. L’un des fers de lance de la FMITEC est le rattachement de la profession de guide-conférencier salarié à l’intermittence et l’abrogation de la réforme de Pôle Emploi qui doit entrer en vigueur au mois de Septembre.

Enfin, l’article évoque la plateforme de réservation en ligne que les Guides Provence ont créée avec deux objectifs :

1/ fournir du travail à tous les collègues de Provence et du Sud en se passant des intermédiaires comme Trip Advisor ou Airb’n’b Experience qui prélèvent une commission de 20% sur le travail des guides.

2/ gagner en visibilité sur les réseaux sociaux sachant que désormais, selon un article de TourMag, 46% des réservations d’activités touristiques se font en ligne.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *