office tourisme nice


Office Tourisme Nice


Office Tourisme Nice Greeters

Dans son édition du Vendredi 16 Octobre 2020, le journal “Nice Matin” consacre un article à la situation des guides-conférenciers à Nice et sur la Côte d’Azur. Le journal se fait l’écho des combats que mène l’Association des Guides Sud-Provence contre les pratiques professionnelles indignes de plusieurs offices de tourisme, dont l’Office Tourisme Nice, qui assurent la communication des faux guides et autres Greeters avec l’argent public.

A ce jour, l’Office Tourisme Nice est l’un des opérateurs qui est allé le plus loin dans le financement public des faux guides :

  • site internet dédié aux Greeters et financé par l’Office Tourisme Nice
  • Les réseaux sociaux de l’Office Tourisme Nice relaient abondamment la communication des Greeters
  • L’Office Tourisme Nice a un community manager (gestionnaire des réseaux sociaux) qui répond aux professionnels du tourisme par des “copier-coller” et qui a intégré tous les éléments de langage de ces faux guides que sont les Greeters.

Comme chacun sait, les Greeters n’ont rien de désintéressé. Il s’agit d’une véritable entreprise qui compte trois lignes de revenus :

  • les subventions publiques (dernièrement les Greeters Parisiens ont obtenu une subvention de 10 000 €)
  • les dons, lesquels échappent à l’impôt et aux cotisations sociales et se retrouvent sur des comptes bancaires à l’étranger (voir document ci-après).
  • la prise en charge des dépenses de communication par les institutions publiques, dont l’Office Tourisme Nice et l’Office Tourisme Cannes se sont fait une spécialité dans la région Sud.

Aux critiques qui émanent de la part des professionnels et des contribuables, l’Office de Tourisme Nice préfère répondre par l’évitement et la déresponsabilisation : minoration du phénomène et réponse “à une demande de niche”. Autant dire que l’incapacité à faire preuve de discernement entre un faux guide et un guide-conférencier professionnel a de quoi surprendre de la part d’une institution publique comme l’Office Tourisme Nice dont le budget est, en partie, alimenté par les impôts du contribuable. Les guides professionnels en ont assez de voir que les offices de tourisme utilisent le produit de leurs impôts pour financer la communication des faux guides.

Face à l’insuffisance des réponses apportées par l’Office de Tourisme Nice, les Guides Provence ont décidé d’intensifier la dénonciation publique des liens existant entre les Greeters et certaines institutions publiques et de s’adresser, en la matière, à des autorités plus compétentes.








Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *