Qu’est un free tour ?

Un free tour est une visite de ville organisée par un guide auto-proclamé. Il s’inscrit sur une plateforme type guruwalk.com, civatatis.com ou freetour.com et ne possède pas de carte professionnelle de guide-conférencier. Il est soi-disant “gratuit”, mais il réclame un pourboire à la fin de sa visite dont il reverse une partie à la plateforme. Les compétences d’un guide free tour n’ont jamais été sanctionnées par une formation universitaire à la différence d’un guide-conférencier qui, lui, a obtenu une carte professionnelle après une licence ou un master. Le niveau de langue d’un free tour est approximatif tout comme sa connaissance des lieux.

Les perles relevées sur guruwalk.com à propos de Marseille

1- LA CANNEVIERE = visiblement, le free tour n’a pas pris le temps de visiter Marseille et d’orthographier correctement “La Canebière”. S’il confond la terminaison “bière” avec “la vière” (qui est peut-être, dans son esprit, le féminin de “vier”), fuyez ! En argot marseillais, “vier” a un tout autre sens.

2- “LE GARDEN DES VESTIGES“. Le free tour ne sait pas traduire “Jardin des vestiges”.

3- LE COUNT OF MONTECRISTO. Votre guide free-tour ne parle ni l’anglais, ni le français. Il parle haut et fort pour compenser son absence de maîtrise des sujets.

Autres perles relevées par les guides conférenciers Sud-Provence en mission

-Marseille a été fondée par les Phéniciens (au lieu des Phocéens)

l’Amiral Muselier a soutenu le maréchal Pétain (alors que c’est un officier de marine qui a rejoint De Gaulle et qui a fait de la Croix de Lorraine le symbole de la France Libre)

-“Welcome to Marseille where the sun shine 500 days every year ! ” (incapable de prononcer 365 en anglais, le free tour augmente le nombre de jours dans l’année…quant au “s” à la troisième personne du singulier…)

Evitez les free tours, choisissez un guide-conférencier titulaire d’une carte professionnelle !


6 réponses pour “#Perles de free tours-Episode 1-Marseille”

  • Il y a 3 ans.. A l’entrée de la Cité de Carcassonne :”Et c’est ici qu’est mort Simon de Montfort”… J’avoue avoir eu une brève envie de meurtre …
    Bravo, défendons notre beau métier tant qu’on en a encore la force!

  • À Strasbourg, “la Cathédrale n’aurait qu’une flèche pour indiquer la porte d’entrée aux visiteurs” ou encore “tous les évêques de France auraient siégé à Strasbourg”, alors que la ville n’est devenue française que sous Louis XIV…
    Le succès de ces pseudo-guides repose sur les atteintes du tourisme de masse, un tourisme qui cherche le “fun” (ou tout simplement combler la journée) pour “pas cher”. En fin de comptes, ces tours résultent même plus chers qu’une visite classique avec un guide agrée via un office de tourisme (OT). On rémunère le charlatan avec des pourboires, au black, pour recevoir en plus des infos complétement erronées ou inventées.
    C’est dommage de voir que le grand public ne prend pas au sérieux notre métier qui est aussi important que celui d’un avocat, d’un conservateur, d’un historien, d’un boulanger, d’un cuisinier… et j’en passe.

    • Sur la vision sérieuse ou pas de notre métier je vous invite à vous pencher sur le livre “Être médiateur au musée – sociologie d’un métier en trompe-l’oeil” d’Aurélie Peyrin. Le premier tiers du livre est consacré aux origines des médiateurs des musées aka… les guides et conférenciers ! À l’origine (en 1920 quand même) ces postes sont conçus/perçus pour être pourvus par des étudiants de l’École du Louvre en attendant qu’ils trouvent un poste de conservateur… Déjà le guide est opposé au conférencier, l’un faisant des visites guidées “rébarbatives car toujours les mêmes” et l’autre faisant des conférences sur des sujets transversaux en interaction avec le public qui seraient plus passionnantes… Heureusement que les mentalités ont évoluées. Quoi que ?… Je fais ici un résumé très grossier mais n’hésitez pas à lire cette partie de l’ouvrage (ou la totalité), c’est très instructif.

    • Bonjour Ivan, je suis guide “auto-proclamé” à Strasbourg, et les âneries que vous dites avoir entendues de guides Free Tours sont effectivement affligeantes, et même insensées… Tellement insensées que j’aurais eu du mal à inventer une telle ânerie personnellement, il faut vraiment avoir un esprit tordu pour croire un truc comme ça. De mon côté, mes visiteurs en entendant ça croiraient soit à une blague soit tourneraient les talons sur le champs tellement c’est con comme histoire… Je vous avoue que l’espace d’un instant j’ai failli croire que vous l’aviez inventé vous même pour discréditer ce guide. Mais je me suis ravisé, avancer publiquement des informations mensongère et/ou non vérifiées, ce n’est pas votre genre, c’est même contraire au concept de métier de guide, comme vous le décrivez dans ce présent commentaire. Quoi que? Non, je ne peux pas croire que vous soyez le même Ivan qui a avancé publiquement des informations mensongère et non vérifiées sur ma page de communication, impossible!
      Quoi qu’il en soit, mon équipe n’est pas la seule présente sur le créneau des Free Tours à Strasbourg, et autant je me porte garant du travail de recherche quasi-permanent au sein de mon équipe, autant les autres, je ne les côtoie pas et n’ai malheureusement jamais eu l’occasion de suivre leurs visites vu qu’elles ont cours en général en même temps que les miennes, et surtout la plupart de ces autres Free Tours se font en espagnol, langue que je ne parle pas…

      Bref, je ne peux pas vérifier vos affirmations, mais je ne compte pas les prendre pour argent comptant, esprit critique oblige. Et je ne doute pas que vous ferez de même avec l’affirmation suivante : mes collègues et moi-même avons déjà plusieurs fois entendu des guides “encartés” raconter de belles âneries aussi. “La Maison Kammerzell a été construite au 17e siècle” ou “les 12 statues entourant le portail principal de la cathédrale représentent les apôtres” (deux erreurs dans la même phrase). Je vous l’accorde, ces erreurs sont bien moins farfelues, fort heureusement! Mais ça prouve que personne n’est à l’abri de faire des erreurs, je ne vous tiendrai donc pas rigueur d’avancer de tels mensonges, mais la prochaine fois, faites comme dans votre métier, vérifiez vous aussi vos informations et le monde s’en portera mieux, quoi qu’il arrive.

      A bon entendeur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *